logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

25/09/2011

Profitons du temps

2232493_b86dfd24b0_m.jpgPour nous autres, l'heure de la retraite

a sonné depuis un certain temps.

On nous avait dit:

" Maintenant, vous allez avoir tout votre temps ! "

Pour s'habituer à vivre sans courir, il nous

faut pas mal de temps.

On doit apprendre à être détendu, relaxé:

prenons donc le temps !

Dans le monde du travail, on a fait notre temps:

voyageons de temps en temps !

Nos parent nous disaient:

" Plus tard, les enfants ! Vous avez bien le temps. "

Désormais, c'est pour voir grandir

nos petits-enfants que l'on espère avoir le temps.

Surtout que pour faire ce que l'on doit,

il nous faut de plus en plus de  temps.

On commence à radoter et l'on s'entend dire:

" De notre temps... "

Au fil du temps, insidieusement, on a avancé

dans le temps;

En même temps, c'est la vie, et d'y réfléchir

c'est dans l'air du temps.

Nul ne peut savoir ce qu'il nous reste comme

capital temps.

Bienheureux celui qui peut dire:

" J'ai bien passé mon temps. "

Et avec un brin de nostalgie, ajouter:

" C'était le bon temps. "

Avant de définitivement perdre la notion

du temps,

Profitons du temps, pendant qu'il en est encore

temps.

Cela m'a pris du temps pour écrire tout ça

mais maintenant j'ai tout mon temps.

M. B.

10:29 Publié dans poésies | Lien permanent | Commentaires (5)

05/06/2011

Bon dimanche !

11497628.gifcitations_diverses_joliecarte41.jpg

21:27 Publié dans poésies | Lien permanent | Commentaires (3)

10/04/2011

Le jardin d'antan

copie_2_de_ph29-23-1_rgb_med.jpgRien n'est plus doux aussi que de s'en revenir

Comme après de longs ans d'absence,

Que de s'en revenir

Par le chemin du souvenir

Fleuri de lys d'innocence

Au jardin de l'enfance.

 

Au jardin clos, scellé, dans le jardin muet

D'où s'enfuirent les gaîtés franches,

Notre jardin muet,

Et la danse du menuet

Qu'autrefois menaient sous branches

Nos soeurs en robes blanches.

 

Aux soirs d'avrils anciens, jetant des cris joyeux

Entremêlés de ritournelles,

Avec des lieds joyeux,

Elles passaient, la gloire aux yeux,

Sous le frisson des tonnelles,

Comme en les villanelles.

 

Cependant que venaient, du fond de la villa,

Des accords de guitare ancienne,

De la vieille villa,

Et qui faisaient deviner là,

Près d'une obcure persienne,

Quelque musicienne.

 

Mais rien n'est plus amer que de penser aussi

A tant de choses ruinées !

Ah ! de penser aussi,

Lorsque nous revenons ainsi

Par sentes de fleurs fanées,

A nos jeunes années.

 

Lorsque nous nous sentons névrosés et vieillis,

Froissés, maltraités et sans armes,

Moroses et vieillis,

Et que, surnageant aux oublis,

S'éternise avec ses charmes

Notre jeunesse en larmes !

 

Le jardin d'antan, écrit par Emile NELLIGAN, le Rimbaud canadien (1879-1941),

interné à l'âge de vingt ans pour le reste de sa vie...

14:57 Publié dans poésies | Lien permanent | Commentaires (2)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique