logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

01/03/2014

La parabole du tisserand

Laos-Tissage.jpgLa communauté est comme un tissu qui s'élabore,

un tissu dont je ne sais pas ce qu'il sera,

mais qui, autour de nous,

peu à peu se tisse,

sans modèle ni dessein savant.

 

Dans ce tissu, je peux être un fil,

un trait de couleur...

bleu profond ? rouge éclatant,

ou bien le fil de lin gris ?

Cette troisième couleur,

au dire des tisserands,

est la plus importante :

Le gris neutre de tous les jours,

celui qui fait chanter le bleu profond

et le rouge éclatant,

celui qui est porteur d'harmonie.

 

N'avoir que ma propre couleur

et, de cela, me réjouir,

pour qu'elle apporte la joie

et non la rivalité,

comme si moi, bleu, j'étais l'ennemi du vert,

comme si j'étais, moi, ton adversaire !

 

Et ceux qui ne peuvent

ou ne veulent pas entrer avec nous

dans l'ouvrage ?

Irai-je, les précédant, leur faire place

pour qu'ils viennent librement,

de leurs propres couleurs,

se mêler au dessin ?

 

Il y a une place pour tous.

Et chaque fil vient apporter une continuité :

non seulement ceux

qui sont à l'origine du travail

ont été tendus d'un support à l'autre,

mais chaque fil.

 

Un fil vient à rompre : aussitôt le travail s'arrête,

et les mains patientes

de tous les tisserands

s'appliquent à le renouer.

 

Chaque fil, même le plus lumineux,

peut disparaître, tissé sous les autres.

Il est cependant là, non loin,

même si notre oeil, ne le perçoit plus...

 

Maintenant, c'est autour du mien

d'être lancé à travers la chaîne.

Quand son trait aura cessé d'être visible,

alors l'harmonie apparaîtra,

harmonie de ma nuance

mêlée à toutes les autres qui l'accompagnent,

jusqu'à ce qu'elle disparaisse.

 

Je ne sais ce qu'il adviendra de ce tissu.

Le saurai-je jamais ?album_pic-37259.jpg

 

Un tisserand de Finlande

08:51 Publié dans poésies | Lien permanent | Commentaires (2)

11/10/2013

Les pommes

mj40fzyv.jpg Voilà donc arrivée la saison des pommes

Et depuis ce matin je fredonne :

" Pomme de reinette et pomme d'api

Petit tapis rouge

Pomme de reinette et pomme d'api

Petit tapis gris. "

 

Merveilleuses petites comptines !

Charmantes telles nos heures enfantines

Courant dans les vergers où l'abeille butine

Cueillir le fruit tombé par la saison rapine.

 

Car c'est là l'or de l'automne

Qui réclame son tribut à la fête finie

Et à l'arbre qui se dépouille

Raisins et pommes iront au pressoir

Tout est à saisir

Châtaignes et noisettes aussi...

Les couleurs rousses et cuivrées

Accompagent le petit tapis rouge

Et les ciels, eux, se sont vêtus du petit tapis gris.

 

Puis les teintes, comme les sons, vont s'atténuer

Les soirées, plus fraîches, verront les volets se fermer

Et dans la maison se dégusteront

Tartes, confitures et gelées

Fait de pommes de reinette

Et de pommes d'api.

 

Solange.

10:37 Publié dans poésies | Lien permanent | Commentaires (4)

10/09/2013

le cahier de bonheur

images.jpegJ'ai choisi aujourd'hui un cahier de bonheur

Pour mieux garder en vie les battements de mon coeur.

Sur la première page, j'ai aussitôt tracé

Un peu comme un hommage, des noms entrelacés.


En formant les prénoms de ceux qui ont compté

J'ai créé comme un pont jeté sur le passé

Qui, reliant les jours de ceux que j'ai aimés,

A ramené en moi un passé oublié.


La tendresse des bras de ma chère grand-mère

Me portant sur son dos, les soirs d'avant-hier.

Les matins de soleil envahissant la chambre

Et les heures d'été alourdissant mes membres.


Les premiers jours d'école, le parfum de la craie,

Crissant sa note aiguë sur le grand tableau noir,

Les tabliers d'alors, les chants et les cahiers,

La leçon de morale et le départ du soir.


Les rires des enfants s'égaillant dans la rue,

Le fumet de la soupe, la chaleur d'un foyer,

Les leçons à apprendre et les histoires lues

Dans la nuit apportant tant de choses à rêver.


Je me suis souvenue, en souriant encore,

Des grads éclats de rire de mon adolescence,

Des sentiments échangés, de ce sentiment fort,

D'avoir très peu de temps avant que tout commence.


J'ai revu le moment de ce premier regard

Où j'ai su reconnaître l'amour venant à moi.

Mon coeur en s'emballant de ce nouvel  émoi

Tu m'avais bien trahie, souviens-toi de ce soir !


La caresse des mains de l'homme que j'ai choisi,

Tous ces instants si forts où l'on se sent si bien.

La belle robe blanche, les parents, les amis,

Les serments échangés avant le grand festin !


Les premiers pas d'enfants, les sourires et la joie

Quand leur main dans la mienne ils marchaient près de moi,

Les tendres petits câlins, les mots qu'on oublie pas

Quand les années passant, l'amour est toujours là.


Le cahier de bonheur est encore à écrire

J'y poserai, je sais, chaque instant de ma vie.

Je gommerai toujours les mauvais et les pires

Afin de ne garder que la joie d'être en vie.

M. B.

15:49 Publié dans poésies | Lien permanent | Commentaires (8)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique