logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

30/03/2010

Un poème de Vénus...

6773-medium.jpgNous sommes loin des poèmes contemporains et, cependant,

les préoccupations du quotidien restent les mêmes.

Un poème de Vénus khoury-Ghata l'exprime fort bien :

(...)  Fatigées d'essorer un temps humide

Les femmes s'adossent à l'air

S'adossent aux arbres entravés où les abeilles

font leur miel entre résine et sueur

Les femmes du village des mères partagent leur

fatigue avec les vents charpentiers

Elles redressent les maisons renversées par les

enfants maladroits

Quatre hivers en un, répètent-elles en

direction des quatre points cardinaux

Un temps à ne pas mettre une maison dehors

Seuls les chemins sont libres d'aller  là

où ils veulent.

 

Dans le village des mères, poème inédit.

13:54 Publié dans poésies | Lien permanent | Commentaires (1)

29/03/2010

Anna de Noailles

250px-Laszlo_-_Anna_de_Noailles.jpgAnna de Noailles, personnalité du Tout-Paris et à l'origine du prix Fémina, tenait salon au début du XXè siècle et peignait par petites touches la nature comme les sentiments.

 

Tout luit, tout bleuit, tout bruit.

Le jour est brûlant comme un fruit

Que le soleil fendille et cuit.

Chaque petite feuille est chaude

Et miroite dans l'air où rôde

Comme un parfum de Reine-claude.

Le soleil comme de l'eau pleut

Sur tout le pays jaune et bleu.

 

Chaleur, extrait du recueil L'Ombre des jours.

16:57 Publié dans poésies | Lien permanent | Commentaires (1)

Rosemonde Gérard...

rosemonde gerard.jpgEn revanche, tout le monde connaît Rosemonde Gérard, la jeune épouse d'Edmond Rostand, grâce notamment à ces deux fameux vers :

iloveyouhierdemain2.jpgCar vois-tu, chaque jour je t'aime davantage,

Aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain.

 

Galvaudé, ce texte, me direz-vous ? Certes. Pourtant, Rosemonde Gérard avait beaucoup de succès en 1900 et ses poèmes, légers comme des ritournelles, étaient souvent mis en musique.

 

Ce n'est pas la faute à nous deux

Si nous aimons de la sorte...

Pardon de toutes les années

Où je ne te connaissais pas...

Malgré nous.

 

L'Eternelle Chanson.

10:43 Publié dans poésies | Lien permanent | Commentaires (4)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique