logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

24/10/2012

Citadelle de Besançon : patrimoine vivant...

CRTFC_00008151.jpgElle surplombe de plus de 100 mètres la vieille ville de la capitale comtoise enserrée dans un méandre du Doubs, et offre depuis ses chemins de ronde des panoramas spectaculaires. Haut lieu culturel et touristique unique en son genre, la Citadelle abrite aujourd'hui trois musées de France.

-Le  Muséum et ses espaces animaliers illustrent la biodiversité et font la part belle aux espèces menacées. Nulle part ailleurs en France, il n'est possible de voir réunie en un même lieu une telle variété animale.

-Le Musée comtois est un espace d'exposition des traditions franc-comtoises et de réflexion sur notre temps, ouvert sur le monde et sa diversité culturelle. Son point fort : une belle collection de marionnettes traditionnelles du XIXe et début du XXè siècle.

-Le Musée de la résistance et de la déportation évoque avec profondeur et émotion cette sombre page de l'Histoire, à l'aide d'une grande richesse de documents et témoignages originaux.

Chef-d'oeuvre de Vauban inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO, la citadelle de Besançon est considérée comme l'une des plus belles en France.

08:57 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (1)

12/10/2012

De si bons fromages...

froamge.jpgNul besoin de vivre à la montagne pour savourer raclette, fondue ou tartiflette. A côté de ces recettes familiales,d'autres classiques, soufflés, tartes ou quiches, ne demandent qu'a se renouveler...

Notre pays est, à juste titre, fier de la qualité de ses nombreux fromages. Ceux-ci sont apparus en même temps que l'élevage: le lait qu'on ne buvait pas était mis à cailler dans des moules avant de sécher au soleil, saupoudré de sel. Il s'agissait essentiellement,à cette époque, de lait de chèvre et de brebis, avant que les fromages de vache ne fassent leur apparition, différents d'une région à l'autre et élaborés le plus souvent par les ordres monastiques.

A liment complet, le fromage constituait l'essentiel du repas des paysans qui se contentaient, en guise de dîner, d'un quignon de pain et d'un morceau de fromage. Il fallut attendre le XVIIè siècle pour que l'on commence à l'employer en cuisine, notamment dans les sauces...et les pâtisseries.

Après une écliipse lors de la Révolution de 1789, il revint en grâce sous l'Empire (le brie ne fut-il pas sacré "roi des fromages "au moment du Congrès de Vienne, en 1814, qui voyait justement le démantellement de l'empire napoléonien ?)

Depuis,  sa popularité ne s'est guère démentie, même si les usines ont peu à peu pris la place des laiteries traditionnelles.

La place du fromage au cours du repas a suivi: naguère servi après le plat principal et avant le dessert, il s'est peu à peu frayé un chemin à côté de la salade, voire en début du repas.

Bien souvent à l'appéritif, des lamelles de gruyère, des copeaux de mimolette ou de parmesan sont proposés avec - ce qui est bien meilleur pour la ligne et la santé ! - - des cruditées, carottes, salsifis, etc., coupés en petits morceaux, à la place de chips ou de biscuits salés.

A la base de nombreux plats complets

Sans compter que la carte des plats à base de fromage s'est considérablement étendue : il y avait naguère la raclette, la fondue et le soufflé, il existe désormais des salades composées dans lesquelles le fromage fait bonne figure, des gratins de pâtes ou de pommes de terre qui constituent de véritables plats complets... Et je trouve heureux que l'on glisse dans le cartable des enfants un morceau de fromage à la place d'une pâtisserie industrielle...

Entretenons, autant que nous le pouvons, notre réputation de pays du fromage. Des fromages, plus précisément, puisque nous avons la chance d'en disposer en nombre et en toute saison.

10:14 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (6)

11/10/2012

LES CÉRÉALES D'AUJOURDHUI À VOTRE TABLE

Cereale-300x200.jpgDes céréales, nous connaissons essentiellement le blé, le riz et le maîs, il en existe d'autres, utilisées depuis la nuit des temps, dont l'usage se répand de plus en plus.

Du nom de Cérès, la déesse romaine des moissons, les céréales ne datent pas d'hier, puisqu'on en a retrouvé dans une grotte situé dans le nord-ouest du Mozambique et datant de l'âge de pierre (100.000  ans avant .  J.C.) Il semble , que , déjà, elles servaient à nourrir non seulement les humains mais également les animaux... Peu à peu, la céréalisation gagna sur l'élevage, jusqu'à fournir 45 % des calories alimentaire de l'humanité. On les consomme sous forme de grains entiers (riz, maÏs) mais le plus souvent réduites en farine, en flocons, en semoule...

Liées à l'essor des civilisations

A des titres divers, les céréales ont participé à l'essor des grandes civilisations, doncà l'organisation des sociétés : les civilisations moyen-orientales puis européennes se sont constituées autour du blé, les extrême-orientales autour du riz dans le Sud et du blé dans le Nord, les Améridiens autour du maÏs, l'Afrique noir autour du mil.

De nos jours, le blé continue d'occuper une place prépondérante, tout comme le riz qui alimente des milliards d'individus, le maÏs qui nourrit les hommes et bêtes, et l'orge qui sert notemment à la fabrication du malt. Sans oublier certaines céréales remises au goût du jour grâce à l'agriculture biologique: épeautre, seigle, avoine, quinoa (ce dernier originaire d'Amérique du Sud). Sous nos climats, nous utilisons essentiellement;

-le blé tendre, le seigle et l'épeautre en boulangerie et patisserie;

-le blé dur pour les pâtes et le couscous;

-le riz;

-l'avoine pour les bouillies et les flocons.

Les céréales sont riches en glucides sous forme d'amidon, en protéines (jusqu'à 15 % pour le blé dur), en lipides-on extrait de l'huile végétale de certaines d'entre elles -et en sel minéraux; pauvre en revanche, en acide des aminés essentiels. Certaines d'entre elles contiennent du gluten, une protéine qui permet de faire du pain (d'épeautre, de froment ou de seigle) mais qui peut également provoquer une intolérance. De même pour le riz blanc qui peut engender une carence en vitamine B1, et pour le maÏs qui, consommé en trop grande quantité, déclenchera une carence en vitamine PP. Mais ce sont là des excès que nous ignorons, puisque nous n'utilisons que le meilleur des céréales, qui agrémentent nos petits déjeuners et nos desserts...

10:37 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (2)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique