logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

20/02/2013

C'était ça le bagne...

3.jpgEn France, en 1748, le bagne remplaça les galères. Avant que cette institution ne soit délocalisée à Cayenne et en Nouvelle-Calédonie, Brest, Rochefort et Toulon eurent leur bagne. Mais c'est à Toulon qu'il resta ouvert le plus lontemps, jusqu'en 1873, marquant à jamais les esprits et la mémoire collective locale. Les bâtiments furent détruits en quasi-totalité lors de la seconde Guerre mondiale.

Le musée national de la Marine raconte l'histoire de ce bagne dans une riche exposition. Elle présente les maquettes des ouvrages construits par les bagnards dont le châtiment était de servir de main-d'oeuvre dans les arsenaux de la marine. Grâce à la présentation de documents et de manuscrits, on découvre l'arrivée des forçats à Toulon, leur conditions de vie, mais aussi leurs rocambolesques évasions qui ont pu inspirer les romanciers du XIXè siècle comme Victor Hugo ou Alexandre Dumas.

Musée national de la Marine

Toulon (Var) jusqu'au 13 mai.

11:33 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (2)

19/02/2013

La fête du romarin a bon teint

201202211391_zoom.jpgC'est l'une des plus anciennes festivités du Languedoc : la fête du romarin se tient à Dourgne depuis plus de sept cents ans.

Elle célèbre un événement de la croisade des Albigeois.

Au début du XIIIè siècle, le catharisme était bien implanté dans le Languedoc et, entre 1208 et 1229, L'Eglise catholique, soutenue par une partie des barons du royaume, organisa une croisade contre ceux que l'on appelait les hérétiques. Le village de Dourgne fut entièrement détruit.

Or, un siècle plus tard, en 1301, alors que  le roi Philippe Le Bel était dans la région, les villageois sollicitèrent l'autorisation de reconstruire leur village et de leur en octroyer les moyens. Ce qui leur fut accordé.

On dit qu'il y a peu encore, la veille des festivités, les jeunes gens chapardaient le romarin dans tout le village pour les décorations, d'où le nom de la fête.

Samedi 23 février, Dourgne aura des couleurs médiévales. Défilé triomphal à travers les rues, supplique à l'échevin, spectacles de rue... Le temps fort de la journée sera le passage de la "pasetjade " (l'attelage et son équipage costumé), en début d'après-midi.

Dourgne Samedi 23 février.

09:16 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (1)

15/02/2013

Vive la radio !

photomicro 022.jpgL'Unesco avait institué, le 3 novembre 2011, une Journée mondiale de la radio le 13 février, jour de lancement de la radio des Nations unies en 1946.

L'Unesco estime en effet que la radio est un véritable instrument de paix. " Une radio libre, indépendante et pluraliste, est un élément vital pour faire progresser les droits de l'homme et les libertés fondamentales ", a déclaré Irina Bokova, la directrice générale de cet organisme.

La radio qui, à plus de cent ans, pourrait être considérée comme une vénérable vieille dame, est toujours le média ayant la plus large audience dans le monde, ceci pour un faible coût.

La radio a une longue histoire, depuis  Morse qui inventa en 1841 le télégraphe jusqu'à Branly qui mit au point le premier détecteur d'ondes sensible, sans oublier Edison ou Hertz.

A partir des années 1920, le gros poste de TSF fit son apparition dans les foyers français et en devint très vite un élément incontournable.

La Seconde Guerre mondiale marqua un développement considérable des radios, entre la propagande nazie diffusée sur radio allemande et la BBC, la "radio libre " par excellence, qui fit notamment le lien entre les résistants français et "Ici Londres ".

Je me rappelle... C'était la fin des années 50, chaque soir les enfants guettait la diffusion du feuilleton La Famille Duraton sur Radio Luxembourg. Je ne comprenais pas tout mais peu m'importait. Plantée devant le meuble qui contenait le poste de TSF et ce qu'on appelait alors le " pickup ", avions le sentiment d'être grand car nous n'irions pas au lit qu'à la fin de cette fameuse Famille Duraton. on se rappelle que Jean Carmet incarnait un certain Gaston Duvet à qui il arrivait nombre de mésaventures. On reconnaissai sa voix et il faisait beucoup rire.

Autre souvenir : le célèbre Ça va bouillir vers 12 h 45, avec Zappy Max et le méchant, l'infâme Tonneau, dont les aventures nous tenaient en haleine.

Huit ans plus tard, en 1966, c'était sur Europe 1 la mythique émission Salut les Copains, écouté sur le transistor pouvant être emporté partout, permettait une écoute individuelle. Grande inovation : chacun pouvait choisir son programme !

C'est hiver, l'association Les Enfants du Canal, à Paris, a offert 1000 transistors à des sans-domicile-fixe, leur procurant une ouverture sur le monde et un accès aux informations.

Mais aussi du plaisir, de la détente, une lueur d'espoir et un moyen de lutter contre la solitude.

Merci, la radio !

12:00 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (4)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique