logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

12/01/2012

L'en-verre du décor

3-gobelet.JPGTranslucide ou opaque, incolore ou chatoyant, souflé, moulé, étiré ou coulé à plat... le verre est à l'honneur au musée de la Cour d'Or de Metz dans une exposition qui raconte son histoire et sa présence dans la région.

Ce matériau fascinant fait, dans les premiers temps, de sable et de roche saline riche en soude, puis de sable et de cendre, a commencé à être fabriqué dans la région il y a près de trois mille ans.

Son usage se répandit et il devint le fleuron de l'économie lorraine à partir de la Renaissance. Ce savoir-faire connut son appogée, à partir du XIXe siècle, avec la création des cristalleries de Baccarat,  Saint-Louis et Lalique, ainsi que la verrerie de Meisenthal, qui sont toujours en activité aujourd'hui.

Bijoux, vaisselle, flacons, éléments d'architecture, intacts ou brisés, enfouis dans le secret d'une tombe ou mis au rebut dans une fausse... les nombreux objets en verre, présentés dans cette magnifique exposition, sont issus des collections du musée de la Cour d'Or. A leurs côtés, les derniers vestiges découverts sur les chantiers archéologiques lorrains peuvent être admirés

Gobelet en verre souflé datant du 1er siècle, provenant de Hettange-Petite (Moselle)

Musée de la Cour d'Or, Metz, jusqu'au 27 février.



13:54 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (5)

10/11/2011

" Moi Léonard "

devinci.jpgNous connaissons tous, bien entendu, le grand Léonard de Vinci, peintre, scientifique, ingénieur, inventeur, anatomiste, sculpteur, architecte et même philosophe... Trpo souvent limitée à quelques tableaux majeurs comme La Joconde ou Saint Jean-Baptiste, son oeuvre picturale est dispersée dans plusieurs musées. Si bien que l'exposition que lui consacre la National Gallery de Londres, du 9 novembre 2011 au 5 février 2012 apparaît comme un événement majeur. Pour la première fois, en effet, seront réunis des oeuvres originales, comme La Dame à l'Hermine, La Belle Ferronnière ou La Vierge à l'Enfant, prêtées par des musées aussi différents que celui de Cracovie, le Louvre ou le musée de l'Ermitage, ainsi qu'une quarantaine de dessins préparatoires.

Il y a plusieurs siècles que Léonard exerce sur nous une véritable fascination. Né le 15 avril 1452 au château de Vinci près de Florence, fils illégitime du notaire Piero da Vinci et de Caterina, jeune paysanne ou peut-être, selon certains, esclave venue du Moyen-Orient, Léonard est élevé comme un fils légitime par son père et apprend la lecture, l'écriture et l'arithmétique.Il est aussi initié à l'art par sa grand-mère paternelle, céramiste de talent. On raconte d'ailleurs qu'un milan aurait effectué un vol stationnaire au-dessus de son berceau; S'il s'agit d'une légende, elle est plutôt jolie...

En 1469, Léonard entre comme élève apprenti dans le prestigieux atelier florentin de Verrocchio. Il y rencontre d'autres jeunes artistes, notamment Botticelli et le Pérugin.  Il va surtout se familiariser avec les différentes techniques artistiques. Verrocchio comprend très vite que son élève est exceptionnel et une légende (encore une!) veut que le maître ait décidé de ne plus peindre à cause de la beauté d'un petit ange réalisé par Léonard...

En 1478, celui-ci devient maître-peintre indépendant. Il séjourne à Milan, à la cour du duc Sforza, de 1480 à 1490 environ. C'est à cette période que s'intéresse l'exposition de Londres.

Bin entendu, la plupart d'entre nous ne pourront se rendre à la National Gallery mais c'est le moment ou jamais de redécouvrir certaines oeuvres majeures comme La Dame à l'hermine représentant Cecilia Gallerani, la jeune favorite du duc de Milan, d'une beauté irréelle, ou encore La Vierge aux rochers, tout comme de s'attacher à la personnalité hors norme de ce génie de la Renaissance, dont la devise était " Hostinato rigore " (obstinée rigueur).

En contemplant ses oeuvres, on éprouve un merveilleux sentiment de sérénité.

C'est un présent du grand Léonard, par-delà les siècles...

" lo, Leonardo ", c'est ainsi que Léonard de Vinci signait ses travaux la plupart du temps.

17:30 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (3)

22/07/2011

Edouard Boubat, images et poésie

58697276.gif

Remi_ecoutant_la_mer.jpgLe musée de la Carte à jouer, à Issy-les-Moulineaux, présente les oeuvres du photographe Edouard Boubat (1923-1999). Avec Robert Doisneau et Willy Ronis, il est un représentant majeur de la photographie humaniste. Prévert le qualifait d'ailleurs de " correspondant de paix ". Ses photos en noir et blanc,empreintes de poésie, d'humour et d'émotion, dégagent un subtil sentiment d'intemporalité. Certaines sont devenues des sortes d' " icônes ".

Boubat a grandi et fait des études à Paris. Il s'est initié à la photographie dès la fin de la guerre et a vite obtenu le prix Kodak au Salon international de la photographie. Il fut alors engagé comme photo-reporter. Ce fut le début d'une longue série de voyages aux quatre coins du monde pour aller photographier les habitants et leur vie quotidienne.

Le musée expose ses photos du Paris des années 50-60, et celles prises en France et dans le monde, ainsi que ses publications dans des revues et quelques-uns des livres que le photographe a réalisés.

Rémi écoutant la mer,

Edouard Boubat.

Musée français de la carte à jouer, Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine).

Jusqu'au 24 juillet.

 

10:04 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (5)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique