logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

06/06/2012

C'était la Fête des voisins...

voisins_solidaires.jpgCréée en 1999 dans le XVIIè arrondissement de Paris à l'initiative d'Atanase Périfan, la Fête des voisins a pour but de favoriser les rencontres entre habitants d'un même village ou d'un même quartier pour développer la solidarité et la convivialité, et rompre l'isolement. Atanase Périfan cultive la générosité et le sens de l'hospitalité, hérités de son père, exilé politique roumain venu en France. Il raconte à ce propos (1) que, dans sa famille, il y avait toujours une place pour le réfugié qui en avait besoin.

Lorsqu'il était adjoint au maire du XVIIè arrondissement, Atanase avait été frappé par un tragique fait-divers. On venait de découvrir dans un appartement le corps d'une femme morte depuis deux mois. Les voisins ne s'étaient doutés de rien...

D'où la création, en 1990, d'initiatives conviviales " Paris d'amis ", avant de lancer la Fête des voisins. Il faut bien reconnaître, barricadés derrière nos portes sécurisées, dans nos immeubles protégés par des digicodes, nous avons une fâcheuse tendance à nous refermer sur nous-mêmes et à faire preuve d'indifférence vis-à vis de nos voisins.

A cela, plusieurs causes : l'individualime et l'isolement, de longues journées de travail et de transports en commun qui ne nous incitent pas forcément à sortir de chez nous le soir, le vieillissement de la population et l'éloignement des membres d'une même famille. Sans oublier la peur de l'autre, qui incite à se claquemurer chez soi.

Pourtant, j'ai le souvenir de soirées d'été durant lesquelles nous jouions dans la rue (fort peu passante à l'époque), mes amis et moi, tandis que nos mères, installées sur le pas de la porte, bavardaient tout en tricotant et que nos pères disputaient des parties de pétanques ou boules acharnées. C'était au début des années 60, nous nous aidions et savions que nous pouvions compter les uns sur les autres en toutes circontances. C'est cela qui nous manque le plus maintenant !

Qu'es-ce que la solidarité ?

En gros vous le savez

Mais la vraie solidarité

C'est bien plus compliqué (...)

La solidarité c'est donner de son temps

Pour aider les gens

La solidarité c'est donner sans compter

La solidarité, ce n'est pas rester

Devant sa télé à pleurer

Non, la solidarité c'est se lever

Pour aller aider

Donner, partager

Du mieux que vous pouvez...(2)

La fête des voisins est un succès incontestable puisqu'elle a gagné l'Europe entière, et aussi des pays aussi différents que le Canada, k'Azerbaîd-jan ou le Congo. Un seul mot d'ordre, cette année encore : développer la solidarité entre voisins mais... pas seulement le jour de la Fête !

Ne pas l'oublier les 365 autres jours, en cette année bissextile.

(1) Interview parue dans Ouest-France le 26 mai 2008.

(2) Extrait de la solidarité, poème de Myriam Barry.

 

Le billet de Françis

16:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

26/05/2012

Le temps perdu

samoa2.jpgDans le Pacifique sud, les îles Samoa forment un ravissant petit archipel où il fait bon vivre 365 jours par an. Ou exceptionnellement 364 : au 12 è coup de minuit, le jeudi 29 décembre 2011, les îles sont passées instantanément au samedi 31 décembre.

Les autorités ont ainsi annulé une décision de 1892 qui plaçait le pays à l'est de la ligne internationale de changement de date, qui zigzague à travers le Pacifique. La décision avait été prise pour faciliter les relations commerciales avec leur principal partenaire d'alors, les Etats-Unis, mais au fur et à mesure que les échanges commerciaux se tournaient vers l'Australie et la Nouvelle-Zélande, le décalage horaire de 20 heures commença à poser des problèmes. Les Samoans profitant de leur dimanche quand les Australiens et les Néo-Zélandais en étaient déjà au lundi... Le pays est passé à l'ouest de la ligne de changement de jour.

Il était le dernier à voir le jour se coucher pour une date donnée, il est désormais l'un des permiers.

De-ci , de-là

23:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

25/05/2012

Au bord du gouffre

skywalk-grand-canyon-1.jpgLe survol en avion du Grand Canyon, dans le Colorado, en Arizona, l'une des sept merveilles de la nature, est une expérience inoubliable. Mais il y a mieux désormais : depuis quelques années, à partir d'une passerelle suspendue dans le vide à plus d'un kilomètre au-dessus du lit du fleuve, on peut marcher sur le canyon.

En forme de fer à cheval, solidement ancrée à la paroi rocheuse, la passerelle, dont le plancher et les parois sont en verre de dix cm d'épaisseur, domine un panorama à couper le souffle. Cette véritable prouesse technologique attire les touristes du monde entier à l'affût de sensations fortes, tout en leur assurant le maximum de sécurité (la struture est conçue pour supporter plus de 74 tonnes, des vents de 160 km/h et un tremblement de terre de magnitude 8).

Seule contrainte avant d'entamer le parcours au-dessus du vide : porter des surchaussons afin d'éviter de glisser et de rayer le sol. Après quoi, les visiteurs sont libres d'arpenter la courte distance qui les sépare de l'arrivée, 43 m plus loin.

Certains sont tentés de la fouler ventre à terre. Façon de parler, puisque la "  terre  " est bien 1200 m plus bas !Grand-Canyon-Arizona.jpg

09:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique