logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

18/03/2015

LE VERRE GIGOGNE DE DURALEX

verres-duralex-gigogne-9-cl.jpgDepuis la seconde moitié des années 40 jusqu'à nos jours, des milliers d'écoliers ont déjeuné à la cantine en buvant dans ce verre gigogne de Duralex. Ce verre remporte un vrai succès dans les années 60 et sera même récompensé par un spot publicitaire à sa gloire. Dans les années 70, le verre gigogne de Duralex se vend même dans 120 pays !

LE SAVIEZ-VOUS ? Comme de nombreux enfants, vous vous êtes sûrement amusé à lire votre âge dans le fond de votre verre... En réalité, ce nombre correspond au numéro du moule dans lequel le verre a été fondu. Il en existe seulement 48.         Ainsi, par exemple, si vous découvrez le numéro 63 au fond de votre verre, c'est qu'il ne s'agit pas d'un Duralex !

Nostalgie.

13/03/2015

Gaudi. le mystère de la sagrada familia

C'est un réalisateur suisse, Stefan Haupt (dont le précédent documentaire, The Circle, a été récemment primé à Berlin), qui représente le premier grand film sur la célèbre basilique d'Antoni Gaudi (1852-1926) à Barcelone.Un film ne peut remplacer la visite réelle du monument (le plus visité d'Espagne, avec 2,7 millions de touristes par an), mais il offre des sperspectives visuelles et des rencontres uniques.

Haupt part à la recherche de Gaudi, génie qu'on pourrait dire "apocalyptique", si l'on se souvient qu'apocalptique signifie "révélation" : son église n'est-elle pas la révélation pour notre temps de la richesse du mystère chrétien ? Elle est l'oeuvre de sa vie et pourtant le projet initial, dont témoigne la crypte, n'était pas le sien. Gaudi n'a été choisi que pour reprendre les travaux quand ceux-ci furent arrêtés un an après leur lancement, le 19 mars la ( Saint-Joseph) 1882. Entre les premiers plans, classiquement néogothiques, et les fulgurations de Gaudi, quelle différence ! Mais le visionnaire est un homme humble et on espère sa béatification.

La trace non seulement artistique mais humaine qu'il a laissée dans son chef-d'oeuvre, toujours en chantiern se voit chez ceux qui travaillent à l'achever. De l'ouvrier à l'architecte en passant par le sculpteur ou le maître verrier, tous témoignent de la passion que ce monument communique à leur travail . On est frappé particulièrement par le sculpteur agnostique Josep Maria Subirachs i Sitjar, décorateur de la façade de la Passion ; par le sculpteur japonais Etsuro Sotoo, converti au catholicisme, et par l'architecte en chef Jordi Bonet i Armengol, dont la foi est palpable et qui semble avoir autant d'enthousiasme à continuer l'oeuvre  que  Gaudi en a eu à l'imaginer.

Avec lui on croit à l'ambition d'achever la Sagrada Familia pour le centenaire de la mort de Gaudi, en 2026.

La Sagrada Familia, une histoire d'hommes et de foi.

10/03/2015

Besançon et ses secrets d'apothicaires

Située sur une boucle du Doubs, la capitale de la Fanche-Comté

compte de nombreux édifices religieux et de superbes apothicaireries.

 

Couronnée par trois enceintes, Besançon fut prise et reprise par la France et l'Espagne; Une ancienne cité romaine où les toits de tuiles des couvents font parti du paysage, à seulement 2 h 30 en TGV de Paris.

Commençons par la visite de la citadelle, dont les musées et le jardin zoologique demandent bien une demi-journée. A ses pieds, la cathédrale Saint-Jean abrite la Vierge aux saints de Fra Bartolomeo (1512), mais également une curieuse horloge astronomique du XIXè siècle composée de cinquante-sept cadrans, trente mille pièces, et vingt et un automates.

En descendant par la porte Noire, on imagine sans peine le beau Julien Sorel, héros de Stendal dans Le Rouge et le Noir, arpentant la Grande-Rue où s'aligent les hôtels particuliers en calcaire ocre et gris-bleu de Chailluz.

Mais c'est un autre homme de lettres que la ville permet de découvrir ; Victor Hugo, né à Besançon en 1802. Dans un tout nouveau musée aménagé dans la maison qui l'a vu naître, on peut davantage cerner le personnage sur ses grandes idées sociales.Au rez-de-chaussée se trouve la pharmacie le Baratte, installée ici depuis le XVIIIè siècle: une bonne introduction aux visites des apothicaireries (les pharmacie de l'époque) comme celle du couvent voisin des Soeurs de la Charité où sont conservées les reliques de sainte Jeanne-Antide Thouret.

Descendons vers l'hôpital Saint-Jacques (XVIIè siècle).La pharmacie de 1680 a survécu, perdue dansl'immensité vide des corridors.Des centaines de pots de Faenza et des étains décorent l'une des plus belles apothicaireries de France.

Repartons par la chapelle du Refuge et son intérieur baroque, le palais Granvelle aux arcades Renaissance et le musée du Temps. Les portes s'entrebaillent sur les passages couverts (ou" trajes") et les escaliers en bois' à cage ouverte". Le long du Doubs, les façades des quais Vauban et Strasbourg s'aligent harmonieusement près de l'église Sainte-Madeleine et sa tribune d'orgues. En face, des maisons intéressantes (nos 12, 20, 97) jalonnent le quartier populaire du Battant vers l'hôtel de Champagney et le panorama du fort Griffon.

Au sud, chemins et sentier (GR 59) nous mènent vers la vierge noire de Notre-Dame-des-Buis, lieu de pèlerinage idéalement situé sur une voie romaine , la Via Francigena (en cours de balisage),qui va de Vézelay à Rome.

 

Promenon-nous dans les villes (Françoise ) qui clique  des "photos" Côté pratique "

Patrimoine.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique