logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

31/10/2013

Savoir-vivre

 

Table_du_Gros_Souper.JPGMes parents reçoivent monsieur et madame de Hautefeuille ou de Roquefeuil, je ne me souviens pas bien du nom. Quelque chose en " feuil " et ils étaient, nous avait prévenus notre père en nous recommandant d'être sages, un genre de gratin de notre société.Bien sûr, il s'adresse plutôt à moi, ma petite soeur étant née sage, aimable et tout et tout.

Donc, le couvert était mis - on avait passé la journée précédente à frotter l'argenterie et à faire étinceler les verres de cristal.Les chients et les chats étaient enfermés. Même mes grosses perruches inséparables avaient été remisées dans ma chambre, de peur que leurs éternelles déclarations d'amour ne fatiguent nos invités. Quant à notre jeune servante, elle avait tellement été sermonnée qu'elle était prête à renverser les plats et à briser la vaisselle.

Je pensais: " Que d'histoires, Seigneur ! Que de chichis ! Si encore ils sont gentils... Mais s'ils veulent nous faire avaler qu'ils descendent en ligne droite de la cuisse de Jupiter... Eh ! on ne va pas, quand même, s'aplatir devant eux ! "

Ils arrivent. ils sont gentils. Tout sourires et amabilités. Tout en ne dédaignant pas, me semble-t-il, pouvoir être supposés sortis de la cuisse de Jupiter. D'où je tire ce soupçon ? Monsieur s'incline cérémonieusement vers la main de ma mère ; monsieur et madame font un imperceptible signe de tête à notre petite servante qui s'empresse de les aider à retirer leurs manteaux et ils nous tapotent la joue, à ma petite soeur et à moi, avec désinvolture, en passant, comme on tapote la tête d'un animal.

Nous passons à table. J'écoute ce qui se dit autour de moi puisque nous avons ordre de ne parler que si l'on nous interroge et que l'on ne nous interroge pas.

J'apprends donc, entre l'entrée et le rôti, qu'ils fréquentent monsieur Truc et madame Machin.

Puis, entre le rôti et le fromage, qu'ils sont presque parents - par alliance - avec un ministre.

Je mange mon yaourt en pensant qu'entre le fromage et le dessert, ils vont sans doute tirer de leur chapeau une parenté avec le président de la République et, bien que je n'aie pas le droit de parler, je cherche quel homme illustre je pourrais bien tirer de notre chapeau à nous pour les épater un peu. Je n'en trouve aucun et toute mon attention se porte sur notre petite servante qui apporte un superbe plat d'oeufs à la neige puis, soulagée d'être arrivée à bon port, repart  à la cuisine toute guillerette chercher la coupe de fruits.

Madame de...feuille quelque chose choisit une grosse pêche aux joues rouges. Je prends une pêche également. Je m'apprête à l'éplucher sans façon, comme à l'accoutumée, quand je vois madame de... feuille qui s'arme de son petit couteau et de sa petite fourchette à dessert pour peler son fruit bien bloqué dans son assiette. Ça ne me semble pas commode mais si madame de quelque chose y arrive, pourquoi pas moi ?

Ma petite soeur, me voyant viser ma pêche avec ma fourchette, me glisse un prudent :

- Prends plutôt du raisin.

Trop tard : ma pêche est partie rejoindre la pêche de notre invitée, laquelle tamponne son chemisier avec sa serviette et son menton avec son mouchoir.

Je devais me répandre en excuses. Je ne peux pas, le fou rire me coupe la parole. Alors je n'attend pas l'ordre paternel : " File dans ta chambre ! "

Je me lève, je me tourne vers lui, qui n'a pas encore retrouvé l'usage de la parole, et je dis:

-J'y vais.

Souvenirs.

un-canape-imitation-bo-tes-d-oeufs_36473_w460.jpg

Commentaires

Bonjour
Sympa le savoir vivre.... surtout la façon de le raconter
Amicalement
Lilou

Écrit par : lilou | 31/10/2013

Bonjour Marie Thérèse

La chute est délicieuse et je vois la scène comme si j'y étais, tellement tu racontes bien; Et ça tache bien, le jus de la pêche. Le chemisier a du être maculé pour ne plus être portable !

Ta petite soeur a du te raconter la suite de l'aventure, le père se confondant en excuses, le deni hautain de madame ... feuille. Vous avez bien du rire toutes les deux ensuite.

Toi, tu n'as pas pu te retenir de toute la pression accumulée par les exigences parentales d'être "parfaites"

C'est un beau souvenir.

Bises du grillon

Écrit par : Christian | 01/11/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique