logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

17/10/2013

La misère n'est pas une fatalité

PereJosephHerblay_19872-2-72531.jpgOù vont tous ces enfants dont pas un seul rit ?

Ces doux êtres pensifs que la fièvre maigrit ?

Ces filles de huit ans qu'on voit cheminer seules ?

Ils s'en vont travailler quinze heures sous des meules;

Ils vont, de l'aube au soir, faire éternellement

Dans la même prison le même mouvement

Accroupis sous les dents d'une machine sombre,

Monstre hideux qui mâche on ne sait quoi dans l'ombre.

Innocents dans un bagne, anges dans un enfer,

Ils travaillent. Tout est d'airain, tout est de fer.

Jamais on ne s'arrête et jamais on ne joue.

Ô servitude-c'est là son fruit le plus certain !

D'Apollon un bossu, de Voltaire un crétin !...

 

Ce poème remonte à 1856. Pourtant, plus d'un siècle et demi plus tard, il est hélas encore d'actualité dans certaines parties du globe.

Misère extrême, travail des enfants dans des conditions inacceptables, analphabétisme sont les effets d'une spirale dramatique...

C'est le moment où jamais d'en parler en cette journée du 17 octobre, journée mondiale du refus de la misère. Cette journée est née en 1987 grâce à un homme, Joseph Wresinski, qui invita 100.000 personnes de tous horizons à se rassembler ce jour-là à Paris, sur le parvis des Droits de l'homme et des libertés, là où avait été signée en 1948 la Déclaration universelle des Droits de l'homme.

Un appel vibrant du père Wresinski à l'honneur des victimes de la misère a été gravé à cet endroit:

" Le 17 octobre 1987, des défenseurs des droits de l'homme et du citoyen de tous pays se sont rassemblés sur ce parvis. Ils ont rendu hommage aux victime de la faim, de l'ignorance et de la violence. Ils ont affirmé leur conviction que la misère n'est pas fatale.Ils ont proclamé leur solidarité avec ceux qui luttent à travers le monde pour la détruire. Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l'homme sont violés. S'unir pour les faire respecter est un devoir sacré. "

Le père Wresinski savait de quoi il parlait. Né à Angers, le 12 février 1917 dans une famille très pauvre, il travaille très jeune pour gagner deux sous et, à 13 ans, devient apprenti boulanger.

Membre de la jeunesse ouvrière chrétienne, il s'intéresse aux conditions de travail des plus jeunes et, à 17 ans, décide de se faire prête. Prête-ouvrier, il rejoint en 1956, sur une suggestion de son évêque, un camp de réfugiés à Noisy-le-Grand, créé en 1954 suite à l'appel de l'Abbé Pierre. C'est à cette époque qu'il crée l'expression " Quart monde ".

Dès lors, il se bat pour qu'on accueille les plus pauvres en tant que peuple. Il estime qu'ils ont plus besoin de dignité que de nourriture et de vêtements. Il combat pour doter les lieux de refuge d'un jardin d'enfants, d'une bibliothèque, d'une chapelle, d'une laverie et même d'un salon de coiffure afin que les plus pauvres soient des femmes et des hommes comme les autres.

Mort en février 1988, le père Wresinski n'a pas eu la joie de voir cette journée reconnue par les Nations unies en 1992. Elle est désormais célébrée dans le monde entier et a pour but essentiel de donner la parole aux personnes vivant dans la pauvreté et de la prendre en compte.

Tous ensemble.

Commentaires

Coucou du soir !
On en a pas entendu parler de ce prêtre-ouvrier comme de l'abbé Pierre pourtant il a fait parlé de ce "quart monde" comme il disait. Gros bizoux des comtois en Bretagne !

Écrit par : françoise la comtoise | 17/10/2013

Bonsoir

Tous ceux qui participent à cette lutte contre la misère connaissent cet homme. Et malgré les multiples bénévoles de tant d'association, la misère ne recule pas dans notre pays.
Il est si facile de plonger dans la précarité et si difficile d'en sortir quand on a perdu son travail.

Je n'en dirai pas plus sur ce sujet qui me tient toujours à coeur.

Christian

Écrit par : Christian | 29/10/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique