logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/03/2013

Tous frères...

henri_dunant.jpgAjourd'hui, j'aimerais rendre hommage à un humaniste trop souvent méconnu. Il s'agit d'Henri Dunant, né le 6 mai 1828 à Genève, qui fut l'un des fondateurs de la Croix-Rouge.

Aîné de cinq frères et soeurs, fils d'une famille de la bourgeoisie aisée, le jeune Henri est très tôt conscient de sa responsabilité envers les plus démunis, ceci grâce à l'action sociale de ses parents.

A 6 ans, il accompagne son père à Toulon. Monsieur Dunant est en effet chargé de vérifier les conditions de détention des Genevois emprisonnés au bagne. Une expérience qu'on devine traumatisante pour un petit garçon de cet âge mais qui renforcera son désir d'aider son prochain.

Fervent chrétien, Henri Dunant s'investit lui aussi dans l'action sociale tout en poursuivant ses études et en devenant employé de banque (nous sommes à Genève !).

Les hasards de la vie font qu'il désire adresser une requête à Napoléon III à propos d'une colonie suisse située en Kabylie. Il arrive près de Solférino le lendemain de la bataille qui a opposé les Français et les Piémontais aux Autrichiens. Spectacle horrible pour Dunant : il découvre 38 000 blessés et morts, gisant sans aucune assistance sur le champ de bataille. Révolté, horrifié, il remue ciel et terre pour prendre en charge les blessés avec l'aide de la population locale. Il met en place un hôpital dans l'église de Castiglione delle Stiviere, bataille pour que les médecins Autrichiens prisonniers puissent soigner eux aussi les soldats. Les femmes du village résument son action par la formule : " tutti fratelli " (tous frères).

Henri Dunant prend aussi en charge les dépenses nécessaires pour obtenir des remèdes, de la nourriture, des lits... Trois ans après, il n'a rien oublié et est toujours obsédé par les visions de cauchemar et les plaintes des blessés. Il écrit en 1862 Un souvenir de Solférino, une description des horreurs des champs de bataille, et se débat pour faire accepter l'idée d'une amélioration des conditions de vie (ou de survie) des blessés.

Il effectue alors une sorte de tour d'Europe pour diffuser ses idées humanistes. Il  estime que des organisations humanitaires devraient pouvoir soigner les blessés.

Pour lui, deux idées fortes prédominent : un militaire blessé n'est plus un ennemi; on doit alors le considérer comme un être humain ayant besoin d'aide. Et les médecins et infirmiers doivent pouvoir soigner sans craindre d'être capturés.

Ces idées suscitent un grand intérêt, et elles sont développées dans une commission de cinq membres, dont Dunant. Lors de la première réunion, le 17 février 1863, ils décident de la transformer en comité permanent, le Comité des Cinq ou Comité de Genève. On considère cette date du 17 février comme celle de la création du Comité international de la Croix-Rouge.

Malgré des vicissitudes dues aux jalousies, à son éviction du Comité et à des problèmes financiers récurents, Henri Dunant a continué à se battre toute sa vie pour défendre son idéal pacifiste. En 1901, il reçoit le premier prix Nobel de la paix, qui récompense enfin une vie entière consacrée à l'humanisme.

Mort en 1910, son combat et son action sont toujours d'actualité...

Le billet de Françoise

Commentaires

Bel hommage à cet homme, on oublie souvent les bienfaiteurs de l'humanité et pourtant, son Association dure toujours, très active. J'ai d'ailleurs été membre actif de la Croix Rouge pour les malades.


Bises
Hélène

Écrit par : hélène | 16/03/2013

Tu as raison de le mettre à l'honneur Son action est toujours aussi présente et c'est cela qui est le plus important
bises du soir
Brigitte

Écrit par : fleurbleu | 16/03/2013

Hello
Bravo pour ce bel hommage à ce Monsieur connut de tous j'espère.
Amitiés
Janie

Écrit par : Janie Bataille | 19/03/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique