logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

25/04/2012

Apropos de...

euro-dollar1.jpg2 ème ÉTAPE : LA SUPERCHERIE DES BANQUES AMÉRICAINES QUI ÉCLATE EN 2008

Les banquiers savent bien depuis 2001 qu'il y aura des impayés parmi les emprunteurs, puique le chômage augmente et qu'elles-mêmes n'avaient pas pris suffisamment de précautions pour vérifier la solvabilité des emprunteurs.

Les banques qui ont multiplié ces prêts courent donc un gros risque dans les années à venir, même si elles espèrent récupérer les maisons hypothéquées.

2 ème tromperie des banques : Le créancier est l'organisme qui reçoit les annuités d'emprunts avec l'intérêt. Les banques, créancières de ces petits emprunteurs, vendent ces créances à d'autres banques. On peut inventer beaucoup de choses en finances, on peut vendre le droit à recevoir une créance. Ces créances deviennent alors un titre qui se vend sur le marché bancaire. Mais, d'habitude, on n'achète un titre que quand celui qui émet ce titre est très sûr : par exemple l'État, une grosse banque. Or ce titre est gagé sur un débiteur non solvable et sur une maison hypothéquée qui a perdu sa valeur.

La première banque a vendu sa créance,elle n'a plus le risque ; c'est la deuxième banque qui a le risque des impayés. C'est le phénomène de la titrisation (transformation en titres qui se vendent) des créances qui s'est multiplié au ÉTATS-UNIS de 2001 à 2008.

La deuxième banque peut avoir quelques doutes sur la sûreté du titre qu'elle a acheté. Elle va noyer ce titre dans bien d'autres du même genre, quelques-uns étant très sûrs et d'autres moins. Elle ne vend plus alors à son client une " créance peut-être douteuse ", mais un panier de titres dont plusieurs sont très sûrs et d'autres moins. Ces paniers de titres s'appellent des fonds communs ou des SICAV (Sociétés d'investissement à capital variable).Or depuis les années 1990, les banques vendent surtout à leurs clients (particuliers ou entreprises) des SICAV plutôt que des actions ou des obligations, car la SICAV est un énorme panier dont un client de la banque ne possède qu'une toute petite fraction. Mais aux États-Unis, la plupart de ces SICAV ou prêts de banque à banque sont pollués par ces titres douteux dont personne ne parle et que personne ne peut plus vérifier à cause de leur émiettement dans quantités de SICAV.

Cette 2 ème tromperie, c'est un manque de contrôle sur la solidité des créances, un manque de suveillance par les banques sur la composition des SICAV ou des prêts entre banques. C'est de la dissimulation volontaire pour faire plus d'affaires, plus de prêts, plus de ventes de titres, car l'employé de banque comme le directeur reçoivent des primes importantes en fonction de leur chiffre d'affaires ! Quelle tentation de gains mirobolants à laquelle on cède facilement en occultant le risque ! Des banques européennes et japonaises ont aussi acheté de ces créances en principe sûres !

A suivre...

 

 

14:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Coucou Marie-Thé !
Ah ! ces banquiers depuis la nuit des temps ces financiers appauvris le peuple et les gouvernants sont d'accord . Ici la pluie laisse la place au soleil dans notre ciel comtois . Nous vous faisons des gros bizoux à vous deux nous les comtois !
Françoise

Écrit par : françoise la comtoise | 25/04/2012

Si on avait laissé quelques banques s'écrouler, nous n'en serions pas là. Et les autres se le tiendraient pour dit !!

Ton analyse est juste, mais cette tromperie mérite une sanction.

Christian

Écrit par : Christian | 02/05/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique