logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

09/04/2011

Desserts surprises

9153453.jpg[390x-1].JPGIl en est des desserts comme du reste de la cuisine : ils ont considérablement évolué.

Il y a quelques milliers d'années, ils consistaient en des bouillies de seigle, d'avoine ou de riz, additionnées de baies sauvages ou d'épices. Plus tard, la sève de bouleau, d'érable ou le miel sauvage accompagneront aussi les desserts.

Au néolithique, les galettes, confectionnées à partir de blé, d'orge, de seigle ou de lin étaient cuites directement dans la cendre ou sur des pierres chauffées.Mais c'est aux Grecs que l'on doit l'apparition des premières pâtisseries, riches en noix, figues, sécame, en miel surtout (le sucre de l'époque). Quant aux Romains, ils vouaient un véritable culte à la patisserie. Le dieu Janus, " dieu des gâteaux ", raffolait notamment des flans, des beignets et des gâteaux aux pommes...

MACARONS ET AUTRES DÉLICES MOINS SUCRÉS

Au Moyen Age, les " pâtéiers " et les " eschaudeurs " parcourent les rues en proposant flamiches, darioles et pains d'épice cependant qu'à la table des seigneurs, on sert les entremets, sucrés ou salés, au milieu du repas et à la fin, les desserts, sans beurre mais riches en sucre.

On sait l'importance de Catherine de Médicis et des pâtissiers, qui faisaient partie de sa  suite quand elle arriva en France pour épouser Henri ii, et qui apportaient avec eux des macarons et frangipane.

Le goût des desserts bien sucrés perdurera jusqu''au XXè siècle, le sucre de betterave remplaçant le sucre de canne sous le règne de Napoléon - l'Empereur ayant imposé un blocus à l'Europe, la marine britanique répliqua en interdisant l'importation du sucre de canne en France.

Peu à peu, les diététiciens aidant, ont apprit à en consommer moins, les farines devenant par ailleurs moins denses, les crèmes et le beurre moins abondants et les fruits plus présents (pour exemple les sorbets, souvent préférés aux glaces), afin d'aboutir à des desserts plus légers, à l'image des repas d'aujourd'hui.

La présentation aussi a changé : très souvent, on pratique le service " à l'assiette ", ou bien on utilise des coupes ou des verrines individuelles qui mettent en valeur les couleurs et les décorations dont on pare ce plat final : branche de menthe ou de romarin, bonbons, gousse de vanille, cerneau de noix, carré de guimauve ou de chocolat, vermicelle, brisures de biscuit ou de marron glacé...

Laissez aller votre imagination et n'hésitez pas à inover pour proposer des desserts surprises gais etdélicieux, qui réjouiront les yeux et le palais des petits et des grands...

La bonne cuisine .

11:02 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Coucou Marie-Thé !

Te revoilà rentrée de la Loire-Atlantique ?
Et tu nous reviens avec une note sucrée et gourmande .
Moi les desserts sont simples à l'ancienne mais pas
comme au moyen-âge , hi !
Bon samedi gros bizoux Françoise !

Écrit par : françoise la comtoise | 09/04/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique