logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

19/11/2010

Pommes de terre à tout faire

467x650.jpgLorsqu'ils débarquèrent chez les Incas du Pérou, au début du XVIè siècle, les conquistadors espagnols, conduits par Pizarro, apportaient du blé, de la vigne et de l'olivier qu'ils plantantèrent sur les hauts plateaux, de la canne à sucre qu'ils installèrent sur le littoral.        Fascinés par les richesses du pays, l'or et  l'argent, ils ne prêtèrent guerre attention à la papa, le modeste tubercule qui permettait cependant de nourir les paysans et les mineurs.

Les Indiens la consommaient bouillie ou rôtie et avaient imaginé, pour la conserver dans ces régions où il gèle presque chaque nuit, de les plonger plusieurs nuits durant dans de l'eau glacée avant de leur faire prendre vie au soleil - l'histoire prétend, et l'histoire a raison, que la papa ainsi (mal) traitée était farineuse, insipide et malodorante.

Il fallut qu'à la fin de ce même siècle, un navigateur anglais, de retour d'une expédition contre les Espagnols, fît escale en Virginie, devenue possession de la reine Elisabeth  Ire.Il transportait dans ses cales, entre autres butins, des sacs de pommes de terre qu'il laissa à ses compatriotes affamés... lesquels, de  retour en Angleterre quelques années plus tard, en emportèrent avec eux. A l'époque, une famine terrible sévissait outre-Manche... mais la " patate de Virginie " n'était pas encore assez connue ni reconnue pour y remédier.

PARMENTIER L'IMPOSE EN FRANCE

Ceux qui s'accordaient à reconnaître ses vertus alimentaires la traitaient néanmoins avec dédain, tout juste bonne à nourrir les pauvres... qui, lorsque la maladie détruisit les récoltes, en 1846, se virent contraints d'émigrer en Amérique du Nord.

Notre tubercule, s'il avait mis pas mal de temps à s'imposer en Angleterre, en mit davantage à conquérir l'Espagne... puis l'Italie. Et davantage encore pour s'imposer en France, à la fin du XVIIIè siècle, grâce, on le sait, à Parmentier. A l'époque, il n'existait guère qu'une seule sorte de pomme de terre.

Depuis, la famille s'est élargie... et s'agrandit sans cesse, proposant, tout au long de l'année, des variétés diverses, depuis la plus courante (bintje, monalisa, samba, etc.) jusq'aux précieuses primeurs et aux raretés que sont les pommes de terre de l'Île de Ré ou de Noirmoutier, en passant par les " chair ferme " (belle de Fontenay, charlotte, ratte, roseval, etc.).

La pomme de terre contient de la vitamine C, surtout quand elle est cuite avec la peau, du potassium, bénéfique pour les muscles et le coeur, du magnésium et du fer. Contrairement à une légende communément répandue, elle ne fait pas grossir, à condition d'être cuite à l'eau - mais je ne connais pas d'individu normalement constitué, qui soit capable de renoncer à une assiette de frites. Le tout est de ne pas en abuser...

2xeb36od.jpg

La bonne cuisine.

17:43 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

C'est vrai que c'est bon la pomme de terre et il y a tant de façons de la cuisiner.
Bises
Geneviève

Écrit par : Geneviève | 19/11/2010

pour moi c'est un plat de roi, à condition d'y ajouter une feuille de salade ...un régal
bises

Écrit par : josette | 19/11/2010

Merci pour cette histoire de la papa, dont j’ignorais le périple si tortueux entre les Inca et la France.
Dire que les Irlandais ont émigré aux Etats-Unis quand les doryphores les ont réduits à la famine !! Quelle revanche pour la patate.

Bises du grillon

Écrit par : Christian | 24/11/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique