logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

22/01/2010

Madeleine Vionnet

images.jpeg

images.jpeg

Madeleine Vionnet dans son studio

avenue Montaigne, à Paris.

images.jpeg

 

images.jpegDouée d'une forte personnalité, et très en avance sur son temps,

Madeleine Vionnet fut l'une des plus grandes couturières françaises.

Le musée des Arts décoratifs de Paris retrace la vie de cette femme

de coeur.

 

Femme courageuse au caractère bien trempé,

Madeleine Vionnet (1876-1975 ) n'usa pas de séduction pour se faire connaître,

à l'instar de sa contemporaine Coco Chanel.

C'est la raison pour laquelle elle demeure peu connue du grand public aujourd'hui.

Elle a pourtant imposé sa modernité en aidant les femmes à s'émanciper et

connu  un franc succès pendant l'entre-deux-guerres.

Un parcours sans faute  qu'elle dut à son tempérament indépendant

et d'avant-garde.

Il faut dire que les vicissitudes de la vie ont peu entravé cette femme

énergique et brillante.

Bien que douée pour les études, à 12 ans, la petite Madeleine est placée

par son père chez la femme de son ami  garde-champêtre pour apprendre la couture.

Elle ne sera pas institutrice comme le souhaite sa maîtresse d'école.

Vingt ans plus tard, nul ne le regrettera.

Madeleine a le fort tempérament de sa mère qui quitte son père afin de pouvoir travailler.

Fonder une maison de couture ne sera donc pas un problème pour Madeleine.

Elle a 18 ans lorsqu'à son tour elle quitte mari et enfant pour aller apprendre l'anglais à Londres.

Elle travaille d'abord comme lingère avant de trouver une place chez Kate Reilly.

La maison de couture londonienne lui permet d'habiller l'épouse du duc de Malborough.

C'est la première consécration !

Lorsqu'elle revient en France, cinq ans plus tard, elle rentre chez les soeurs Callot,

dans l'une des plus prestigieuses maisons de couture.

Un endroit de choix pour faire ses classes. Elle crée ses premiers modèles.

Déjà, ils frappent par leur audace et leur anticonformisme.

Le couturier Jacques Doucet  fait alors appel à elle pour rajeunir sa maison.

Mais, en supprimant les corsets et en proposant aux manequins de défiler pieds nus,

elle se heurte  aux reproches de la maison.

 

À suivre...

20:33 Publié dans maison | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Bonjour Marie Thérèse,

Cela ne t'étonnera pas si je te dis que je ne connais pas cette dame. Pourtant, j'étais adulte depuis longtemps quand elle est morte. Je vais en parler à mon épouse !

Bises du grillon

Écrit par : Christian | 23/01/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique