logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

07/04/2009

L'extraordinaire calvaire de Louisfert

Le 13 juillet 1872, L'évêque de Nantes bénit un nouveau calvaire à Louisfert. La foule est là, recueillie et émerveillée, car ce n'est pas un banal calvaire. Et cinquante ans plus tard, en 1922, ce calvaire prend une nouvelle dimension. Une extraordinaire destinée qui invite à un voyage historique, patrimoine et culturel. Après la guerre de 1870, la débâcle française et la perte de l'Alsace-Lorraine, après la sanglante Commune de Paris, face aux difficiles débuts de la république, les milieux catholiques et la majorité monarchiste de l'Assemblée nationale mettent en oeuvre une offensive à la fois spirituelle et politique. A Paris, on envisage l'élévation de la basilique du Sacré-Coeur à Montmartre. A Nantes, l'évêque encourage la reconstruction des églises et suscite de nombreuses missions paroissiales. Â Chateaubriant, on décide le 22 septembre 1872 de construire une nouvelle église Saint-Nicolas. Dans ce contexte, l'abbé Jacques Cotteux décide de construire un golgotha paroissial. Né à Louisfert en 1835, cet ancien professeur devenu vicaire sans paroisse porte en lui un " grandiose projet ". LA CONSTRUCTION DU CALVAIRE Il ne s'agit pas simplement d'élever un calvaire comme il s'en construit tant à cette époque. Il s'agit de mobiliser la population désorientée par les événements récents, mais toujours soumise à la toute puissance du clergé, pour construite un calvaire mégalithique comme on le dit alors. L'abbé écrit lui-même qu'il faut supprimer dans le paysage, les " vestiges de cultes sanguinaires " que sont les nombreux menhirs et dolmens. Ces pierres géantes doivent devenir de nouvelles pierre de foi ! Et voilà une large mobilisation des gens de Louisfert et des environs, des scènes inimaginables aujourd'hui pour transporter et réimplanter ces colosses de pierre; Par exemple, il faut huit paires de boeufs et quatre chevaux pour acheminer en trois semaines le grand menhir du Tertre Gicquel de Lusanger à Louisfert. La quasi-totalité des sites mégalithiques de la région disparaissent en quelques mois ! Labbé Cotteux associe ces pierres à de nombreuses statues provenant surtout de chapelles de la région ; mais la statue de sainte Germaine serait originaire de la région de Toulouse. En huit mois, une colline sainte est dresséé vers le ciel et vers Dieu, véritable " Trophéé de la puissance de Jésus-Christ sur l'enfer et sur le monde ", ainsi que le proclame l'abbé Goudé, autre acteur de la mobilisation religieuse au pays de Châteaubriant. suite...

11:40 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

De tout temps, l'église catholique a su transformer les croyances anciennes en les adaptant à son image. Bien de dates liturgiques sont celles d'anciennes fêtes paiennes, presque toutes les églises anciennes ont été bâties à l'emplacement de lieux de culte pré-existant.

Le dialogue n'est pas le fort de cette religion, que ce soit dans les temps reculés ou aujourd'hui. Bien des positions restes archaïques et inadaptées.

Pour moi, de plus en plus, l'église catholique sent la naphtaline, et l'avancée de Jean Paul II s'efface avec le nouveau pape.

Le grillon, de moins en moins convaincu par les religions.

Écrit par : christian | 09/04/2009

L'évêque de Nantes n'est pas venu à l'inauguration du calvaire le 13 juillet 1872.

Écrit par : Alain Borgone | 10/01/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique