logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

10/09/2008

Récits... au fil de l'eau

Sept contes vagabonds puisés dans le monde entier par l'écrivain Jean-Claude Carrière, sept perles métaphysiques prélevées dans l'océan des histoires anonymes.


LE PASSEUR

Un jeune homme, un étudiant en voyage, demande à un passeur de lui faire traverser un large fleuve. Le passeur, dont c'était le métier, fit monter l'étudiant dans sa barque et se mit à ramer.
Un vol d'oiseaux passait à ce moment-là au-dessus du fleuve.
- Es-ce que tu connais la vie et les habitudes de ces merveilleux volatiles ?
demanda l'étudiant, qui voulait montrer son savoir.
-Non, je n'en sais rien, répondit le passeur.
- Eh bien, tu as perdu un bon quart de ta vie.
Un peu plus loin, alors que la barque glissait près d'une nappe de plantes
aquatiques, le jeune homme demanda :
-Sait-tu comment vivent ces plantes ? Comment elles se reproduisent ?
Quels sont les insectes qu'elles nourissent ? Sait-tu au moins comment
elles s'appellent ?
-non, je ne sais rien de tout ça, répondit le passeur.
-dans ce cas, tu as perdu la moitié de ta vie.
Un peu plus loin, alors qu'ils arrivaient au milieu du fleuve,
l'étudiant demanda encore :
- Et les eaux ? Les eaux sur lesquelles tu navigues, sait-tu au moins comment
elles sont faites ? D'où elles viennent ? Où elles vont ?
- Non, dit le rameur, je ne sais rien de tout ça.
- Et bien, tu as perdu les trois quarts de ta vie, dit le jeune homme.
A ce moment, la barque commença à se remplir d'eau, car un trou venait
de s'ouvrir dans le bois vermoulu de la coque. Le passeur cessa de ramer et
demanda au jeune homme, tandis que la barque s'enfonçait :
- Tu sais nager ? - Non, je ne sais pas nager.
- Et bien, tu as perdu ta vie tout entière, dit le passeur.
Et il plongea pour regagner la rive à la nage, laissant la barque s'enfoncer.

Chapitre " Les questions précèdent généralement les réponses ". à suivre...

13:15 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Il ne faut point juger les hommes par ce qu'ils ignorent, mais par ce qu'ils savent, et par la manière dont ils le savent. (Vauvenargues - réflexions etmaximes).
Amicalement
Capira

Écrit par : Capira | 10/09/2008

On passe à côté de beaucoup de choses que l'on ignore , mais le principal est de savoir nager , surtout quand on est passeur !
Bon après-midi et vive la Bretagne , que je ne connais , que par les images ! bises . huguette

Écrit par : macary huguette | 10/09/2008

Les roses de Saadi. J'ai ce poème dans un anthologie de poésies françaises de Georges Pompidou. Un cadeau de mon époux dans les années 65. Quant aux roses, bien sûr, j'ai fouillé sur internet.
Capira

Écrit par : Capira | 10/09/2008

le pauvre avec toutes ses questions, tellement content de son savoir, n'a pas vu le principal, l'eau dans la barque..
sauf qui peut, dans ce moment l'essentiel était de savoir nager
bonne soirée
bisous

Écrit par : anne-marie | 10/09/2008

c'est de la non assistance pour personne en danger quand même ! Pauvre jeune homme ! Bon, vrai il a voulu se la jouer avec le rameur, ce n'est pas bien. Il méritait une leçon mais de là à le laisser couler...pas d'accord... Bises de miche

Écrit par : miche | 11/09/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique