logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

29/01/2008

HARMONIE DU SOIR

Voici venir les temps où vibrant sur sa tige
Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir;
Les sons et les parfums tournent dans l'air du soir
Valse mélancolique et langoureux vertige !

Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir;
Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige;
Valse mélancolique et langoureux vertige !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir

Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige,
Un coeur tendre,qui hait le néant vaste et noir !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir;
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige.

Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir,
Du passé lumineux recueille tout vestige !
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige...
Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir !

Charles Baudelaire




















Valse mélancolique et langoureux vertige ! le ciel est triste et beau comme un grand reposoir . Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige, Un coeur tendre,qui hait le néant vaste et noir ! le ciel est triste et beau comme un grand



reposoir; le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir, Du passé lumineux recueille tout vestige ! le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige... Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir !

22:00 Publié dans poésies | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Un très beau texte qui apporte la sérénité....

Bonne nuit en harmonie...;

Hélène

Écrit par : hélène | 29/01/2008

Bonjour


C'est une poèsie que nous avions apprise par coeur, et je me souviens qu'elle était douce à réciter et facile à retenir, sauf tout à la fin où Baudelaire ne reprend pas le vers précédent. Je ne l'ai comprise que beaucoup plus tard !

Bises du grillon

Écrit par : christian | 30/01/2008

Pour ceux qui aiment Beaudelaire, sachez que l'imprimeur Alençonnais Poulet-Malassis a réédité les Fleurs du mal dans son édition originale (les pages du livre sont attachées comme faisait les imprimeurs à l'époque ; il faut les défiler avec un ouvre-lettres, ce qui ne manque pa de charme du reste). Et oui, c'est à Alençon quà l'époque, Beaudelaire a édité son ouvrage...

Écrit par : Nana | 30/01/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique